GARE EOLE RER E CNIT

Paris, France | 2015 | Station de métro - RER
Partager le projet

Une gare souterraine au coeur d'un quartier d'affaires

  • Maîtrise d’ouvrage : SNCF Réseau
  • Maîtrise d’œuvre : Groupement Setec (Mandataire), Egis, Agence Duthilleul, AREP sous-traitant du groupement 
  • Construction: groupement VINCI – SOLETANCHE-BACHY – DODIN CAMPENON BERNARD – SPIE BATIGNOLLES 
  • Etudes : 2012-2016
  • Phase : Chantier
  • Livraison : 2020  / Mise en service 2022
La nouvelle gare du RER E, implantée sous le CNIT dans le quartier d'affaires de Paris-La Défense compose de vastes espaces souterrains aux connexions multiples dans un environnement urbain dense. L'aménagement de ce grand espace souterrain dédié au transport public a relevé des défis et des contraintes techniques fortes.
La gare Eole du CNIT Paris La Défense s’inscrit dans le prolongement à l’Ouest de la ligne du RER E et s’intègre au sein d’un pôle d’échanges multimodal. Cette nouvelle ligne sera la plus interconnectée d’Île de France offrant aux voyageurs de nombreuses interconnexions avec les lignes existantes de transports et les futures lignes du Grand Paris.

Une implantation stratégique sous le CNIT
Située sous le CNIT, cette localisation permet d’établir des correspondances rapides avec le pôle d'échanges le plus fréquenté de France :
- la salle d’échange dite « Cœur-transport » vaste espace dédié aux correspondances du RER A avec le métro, la gare Transilien, le tramway, la gare bus et la gare routière,
- les quais de la gare du RER A, et au-delà la gare de la future ligne 15,
- la gare Transilien,
- la station du tramway T2.
Cette implantation centrale et parallèle à l’axe majeur du quartier de La Défense, permet de créer des émergences réparties aux quatre points cardinaux pour une desserte optimale. La voûte du CNIT constituant le repère de la future gare EOLE.

Des volumes architecturaux adaptés à l'espace souterrain
La gare s’organise autour d’un quai central de 225 mètres de long et d’un grand volume, prolongé par des espaces voûtés. Le quai est desservi par un niveau en mezzanine dont le volume principal en surplomb offre un espace mettant à disposition des voyageurs 300 m² de commerces et services ainsi que les accès aux correspondances et sorties.
Si l'espace de convergence des flux et des services a été identifié par :
- deux alignements de colonnes dans le vide central,
- un revêtement en bambou du quai et des plafonds,
- un “rideau inox poli miroir” qui couvre toute la hauteur des deux murs longitudinaux.
Les espaces de correspondances et d'accès depuis l'extérieur ont été habillés avec un matériau composite blanc, permettant l'adaptation aux configurations géométriques imposées par le génie-civil.
Le traitement de la sécurité incendie dans ces grands volumes souterrains, a fait l'objet d'une attention toute particulière et d'une étude d'ingénierie spécifique menée par un organisme agréé indépendant.

Un exemple d’imbrication de fonctionnalités avec les fonctions urbaines existantes
La configuration de la nouvelle gare, avec ses correspondances et ses émergences, représente un exemple d’imbrication de fonctionnalités  diverses avec les fonctions urbaines existantes. C’est par un travail important sur l’insertion urbaine en coordination avec l’ensemble des parties prenantes, et la combinaison du lien urbain et des fonctions de correspondance que s’est dégagé les partis d’aménagement, qui vont faciliter les futures requalifications des espaces de transport existants et préfigurer les aménagements à venir de l’esplanade.




Dernière actualité

Au coeur du quartier de la Défense, le chantier de la nouvelle gare RER E
2018.10.18
Commencé il y a déjà plusieurs mois, le chantier entièrement souterrain de la future gare du RER E se déroule à l'abri des regards en plein coeur du quartier d'affaires de la Défense à Paris.

Ce chantier entièrement souterrain est particulièrement complexe. La construction de la gare à 35 mètres de profondeur sous les bâtiments et parkings du CNIT en exploitation, impose de reprendre les 75.000 tonnes de charges des bâtiments. C'est une reprise de charges simultanée des 119 poteaux structurels existants qui est actuellement en cours.
Pour permettre l'accès au chantier, une "faille" de 90 mètres de long sur 10 mètres de large et 20 mètres de profondeur, a été découpée dans les dalles des parkings du CNIT.