transition renouvelables
Galerie
Client
SemBreizh
France
Saint-Malo
Statut
En cours
Partenaires
EGIS, MADEC architectures, LALU, Atixis

A Saint-Malo, AREP invente un nouvel archétype architectural pour le terminal maritime de demain et concrétise un futur du « voyage post-carbone » tout en préservant le patrimoine naturel, construit et immatériel du site.

À l’heure de l’urgence climatique, les gares maritimes doivent muter. Elles sont encore le lieu de la combustion, celui de l’accostage des machines thermiques, qui roulent ou flottent. Avec la nouvelle gare maritime de Saint-Malo, ensemble architectural et paysager, évolutif, mutable, sobre et capable de s’adapter à l’évolution des mobilités, AREP imagine et conçoit un nouvel archétype architectural.

À Saint-Malo, sept hectares composent ce lieu, ouvert aux éléments, au soleil, au vent, à la pluie, aux embruns. Lisière de la mer, ce site engage un dialogue avec les remparts de la cité corsaire. Le soleil peut apporter près de vingt fois les besoins énergétiques, en intégrant la consommation des bateaux, des bâtiments et des véhicules. Ce nouvel archétype révèle le potentiel productif : la gare maritime est un nœud de mobilités et d’énergies décarbonées. Cette gare doit s’adapter au réchauffement climatique et ses espaces sont dessinés en conscience : albédo et colorimétrie des surfaces exposées, place accordée à la végétation, ventilation naturelle du bâti : faire rimer bioclimatisme, volupté thermique et lumière.

Pour ce nouveau terminal, la mutation s’appuie sur quatre principes, rassemblés de façon inédite : valorisation de l’existant et approche évolutive ; déminéralisation et biodiversité ; simplicité et frugalité dans le choix des matériaux ; bas carbone et intégration paysagère des énergies renouvelables.

Gare maritime de Saint-Malo

Gare de Pont de l’Alma
Voir le projet
Gare Montparnasse
Voir le projet