AREP finaliste du concours pour la rénovation de la Gare de Budapest-Nyugati 

AREP, en partenariat avec Epítész stúdió, remporte la deuxième place du concours pour la restructuration de la gare Nyugati de Budapest en Hongrie, organisé par BFK (Budapest Fejlesztési Központ). Ce classement, ex-aequo avec l’agence Albert Zimmer, confirme la place d’AREP aux côtés des grandes agences d’architecture internationales tout en proposant une vision post-carbone.

Parti-pris assumé d’une approche sensible respectueuse du vivant, du patrimoine et de l’existant, le projet finaliste d’AREP a pour objectif de guider l’évolution de la capitale hongroise vers un « métabolisme urbain apaisé ».

Bien plus qu’un sujet technique, fonctionnel, urbain ou esthétique, la restructuration profonde de la gare de Nyugati nécessite la prise en compte engagée des enjeux environnementaux qui composent la démarche EMC2B* d’AREP et questionne l’acte de construire.

Cette ambition de concevoir une gare « locomotive » écologique, sobre en ressources et pensée pour être la plus résiliente possible, repose sur cinq axes :

  • Une gare paysage qui se fond dans une forêt urbaine de sept hectares au cœur de la ville, offrant aux habitants un îlot de fraicheur urbain majeur et un corridor de biodiversité de grande échelle.
  • Un hub des mobilités fluide et ouvert sur la ville qui accompagne les passagers à travers des parcours intuitifs et évidents : de grandes rampes d’accès permettent de limiter les ruptures de niveaux, pour accéder à de larges volumes baignés de lumière naturelle.
  • Une restauration et une mise en valeur du joyau du site, la halle ferroviaire construite par les « Ateliers français d’Eiffel » en 1877, patrimoine du XlXe siècle pour révéler, entretenir, réemployer et comprendre l’existant avec humilité sans tourner le dos au passé.
  • Une gare post-carbone, l’une des premières grandes gares énergétiquement autonomes d’Europe, frugale en matériaux de construction et en espaces clos-couvert construits : 20 000 mètres carrés de panneaux photovoltaïques, utilisation de matériaux biosourcés et géo-sourcés, réemploi des terres excavées, ventilation et éclairage naturel de tous les espaces…
  • Un lieu à vivre qui offre des usages évolutifs (activités commerciales, artistiques, sportives et culturelles) et une circulation facilitée pour les modes de transports doux comme autant de micro-coutures entre les quartiers.

La gare post-carbone de demain s’invente et se construit aujourd’hui en France, en Europe et à l’international. La candidature d’AREP à Budapest accompagne un mouvement de renouvellement des grandes gares européennes. Cette deuxième place est le signe que les projets inscrits dans une transition écologique sincère et juste sont aujourd’hui au cœur des problématiques architecturales de premier plan.

« Cette reconnaissance internationale donne tout son sens à notre mission. AREP est fière d’inscrire la vision d’un monde post-carbone dans ses projets pour répondre au juste besoin à l’échelle des villes et des pays. » Raphaël Ménard, Président d’AREP

« Suscitée par les enjeux majeurs du XXIe siècle, cette esquisse a été formulée pour influer comme projet exemplaire et sans concession du point de vue de l’éthique écologique : dans la forte limitation de son impact environnemental, dans son articulation au sauvage, au grand paysage des friches ferroviaires et territoires hongrois, aux vivants et dans ses capacités d’adaptation à l’urgence climatique » Luc Néouze, Directeur International d’AREP.

AREP publie les résultats 2021 de l’Index de l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes
Découvrir
La gare maritime de Saint-Malo, un nouvel archétype architectural en cœur de ville.
Découvrir