PARKING D'AIX TGV

Aix-en-Provence, France | 2009 | Parc de stationnement
Partager le projet

Un parc de stationnement en silo 

  • Maîtrise d’ouvrage : EFFIA
  • Maîtrise d’œuvre : AREP, BETEREM (pour l’ingénierie)
  • Capacité : 1 100 places
  • Surface totale : 23 320 m²
  • Livraison : 2009
Afin de faire face à l’augmentation de la fréquentation de la gare d’Aix-en-Provence TGV, AREP a été missionnée en conception architecturale et maîtrise d’œuvre, pour la création d’un parking silo à l’intérieur de l’enceinte de la gare TGV.
Le parti pris a consisté à déposer les 5 niveaux de parking dans un décaissé rocheux plus large, sur 3 de ses faces, que l’ouvrage lui-même. Ainsi le bâtiment n’impacte pas le paysage. Les failles créées accueillent l’ensemble des circulations piétonnes et automobiles. Le seul côté clos du parking est constitué par un mur de gabions, restituant un talus minéral à la route départementale 9 qui le longe. Ce mur de gabions est fait de pierres excavées du site : leur calibrage et leur forme constituent une paroi étoilée qui laisse filtrer la lumière vers l’intérieur de l’ouvrage.
L’inscription rigoureuse des éléments de circulation verticale dans les failles, laissant des plateformes réservées uniquement au stationnement, favorise un repérage immédiat dans l’espace. Cette lisibilité est renforcée par la mise en œuvre d’une structure en béton précontraint qui permet de réduire le nombre de poteaux, par ailleurs dessinés oblongs pour laisser glisser la lumière naturelle.
Le bâtiment bénéficie d’un éclairement naturel préservé
par les matériaux mis en œuvre : platelage bois ajouré pour les passerelles piétonnes, éléments métalliques perforés pour les rampes d’accès et les escaliers fixes, ascenseurs vitrés.
Grâce à la configuration du bâtiment et aux matériaux choisis, la circulation d’air assure le désenfumage naturel de l'ouvrage.Des solutions graduées ont été également mises en place pour réduire la consommation d’énergie.
Le terrain présentait une spécificité dont il fallait tenir compte : une circulation souterraine d’eau, ancien talweg, traversait le terrain du parking en son milieu. Pour respecter son parcours naturel, le talweg se déverse à présent en chute d’eau dans la faille Est, vers un réceptacle intégré dans le sol, relié à un tuyau qui redirige l’eau (par un procédé naturel de siphonnage), vers son lit originel. Le rez-de-chaussée du parking est réalisé de façon à être identique aux autres aires de stationnement de la gare : même candélabres, végétaux, traitement de sol.